La médecine régénératrice: mythe ou réalité ?

Aujourd’hui, nous allons malheureusement faire resurgir des souvenirs douloureux ... Cela n’étonnera personne d’apprendre que la main et les extrémités des doigts sont la partie du corps qu’on se blesse le plus fréquemment. C’est particulièrement vrai chez les enfants, avec un pic de ces événements vers l’âge de deux ans. En effet, qui ne s’est pas déjà coincé les doigts dans une porte ? Si la plupart du temps, la prise en charge se limitera à un peu de glace, la blessure peut être plus grave et nécessiter de se rendre au plus vite à l’hôpital. Ce « fléau » ne date pas d’hier, déjà dans les années 70, les urgences de l’hôpital de Sheffield en Angleterre publient sur le sujet et décrivent 300 à 350 cas par an de patients accueillis pour un doigt pincé, ou parfois pire, amputé. La particularité de cet hôpital réside dans la simplicité de la prise en charge qu’il propose et qui se résume à une méthode : la « non-intervention », particulièrement pour les cas graves. Si cette instruction a bien été suivie, le patient se retrouve totalement guéri après quelques semaines, même si le doigt s'est retrouvé coupé (1). Vous l’aurez donc sûrement deviné, il s’agit bien là d’un cas de régénération chez l’Homme.